Chapitre 18

La chute d’un conseiller

À peine les gardes se furent-ils levés pour rentrer chez eux que Lord Flapoon déboula dans la salle, l’air inquiet.

– Qu’est-ce qui se passe encore ? grincha Crachinay, qui ne rêvait que de son bain et de son lit.

– Le… conseiller… suprême ! haleta Flapoon.

Et voilà qu’apparut en effet le conseiller suprême, Chevronnet, arborant une robe de chambre et une expression outragée.

– J’exige des explications, monseigneur ! s’exclama-t-il. Qu’est-ce que c’est que ces histoires qui me parviennent aux oreilles ? Un Ickabog en chair et en os ? Le commandant Beamish, mort ? Et je viens de croiser trois des soldats du roi sous escorte, condamnés à mort ! J’ai évidemment exigé qu’on les conduise au cachot à la place, en attendant qu’ils soient jugés !

– Je peux tout vous expliquer, monsieur le conseiller suprême, dit Crachinay en s’inclinant et, pour la troisième fois de la soirée, il raconta l’attaque du roi par l’Ickabog, la mort de Beamish, et la mystérieuse disparition de Nobby Bouton, dont on pouvait craindre, selon le lord, qu’il eût été lui aussi la proie du monstre.

Avec une mine de vieux renard rusé guettant un terrier de lapin à l’heure du dîner, Chevronnet, qui avait toujours déploré l’influence de Crachinay et de Flapoon sur le roi, laissa le lord finir sa farandole de fariboles.

– Quelle fascinante histoire, commenta-t-il quand le lord eut terminé. Mais je vous déclare à présent déchargé de toute responsabilité en la matière, Lord Crachinay. Les conseillers prendront la relève. Il existe des lois et des protocoles en Cornucopia pour faire face à de telles urgences.

« Tout d’abord, les hommes envoyés au cachot auront droit à un procès en bonne et due forme, afin que nous puissions entendre leur version des faits. Deuxièmement, on consultera les listes des soldats pour retrouver les proches de ce Nobby Bouton, et on les informera de sa disparition. Troisièmement, on fera examiner de près le corps du commandant Beamish par les médecins du roi, dans le but d’en apprendre davantage sur le monstre qui l’a tué.

Crachinay ouvrit très grand la bouche, mais rien n’en sortit. Il voyait s’écrouler sur lui son génial stratagème, et s’imagina piégé sous les débris, prisonnier de sa propre ingéniosité.

Alors, le commandant Blatt, qui se tenait derrière le conseiller suprême, posa délicatement son fusil et décrocha une épée du mur. Un regard, comme une vive lueur sur une eau noire, ricocha de Blatt à Crachinay, qui dit :

– Il me semble, Chevronnet, que vous êtes mûr pour la retraite.

Un éclair de métal, et la pointe de l’épée de Blatt sortit du ventre du conseiller suprême. Les soldats hoquetèrent de stupeur ; le conseiller suprême, quant à lui, ne prononça pas un mot. Il tomba simplement à genoux, puis s’effondra, mort.

Crachinay embrassa du regard les soldats qui avaient accepté de croire à l’Ickabog. Il lui plut de voir la peur sur chaque visage. Cela lui faisait ressentir sa propre puissance.

– Est-ce que tout le monde a entendu le conseiller suprême me désigner comme son successeur avant de partir à la retraite ? demanda-t-il doucement.

Tous les soldats hochèrent la tête. Ils venaient d’assister, les bras ballants, à un meurtre, et ils se sentaient trop profondément complices pour se révolter. Tout ce qui leur importait, désormais, c’était de sortir de là vivants et de protéger leurs familles.

– Eh bien, parfait, dit Crachinay. Le roi croit en l’existence de l’Ickabog, et je suis avec le roi. C’est moi le nouveau conseiller suprême, et je me charge d’élaborer un plan pour défendre le royaume. Pour ceux qui resteront loyaux envers le roi, la vie ne sera guère différente de ce qu’elle a été. Ceux qui s’opposeront à lui endureront les châtiments réservés aux lâches et aux traîtres : la prison… ou la mort.

« Maintenant, que l’un d’entre vous, messieurs, prête main-forte au commandant Blatt pour enterrer le corps de ce cher conseiller suprême – et choisissez l’endroit avec soin, qu’on ne risque pas de le découvrir. Les autres, vous êtes libres de rentrer chez vous et d’informer vos familles du danger qui menace notre précieuse Cornucopia.

Chapitres

Lire tous les chapitres publiés à ce jour

Voir plus