Chapitre 42

Derrière le rideau

Les cuisines étaient sombres et vides lorsque Mrs Beamish s’y introduisit depuis la cour. Elle les traversa sur la pointe des pieds, vérifiant les recoins sur son passage, car elle savait combien le valet Cankerby aimait à se tapir dans l’ombre. Lentement et prudemment, elle se faufila jusqu’aux appartements privés du roi, son poing serrant si fort la petite patte de bois que les griffes aiguisées s’enfonçaient dans sa paume.

Enfin, elle atteignit le couloir au tapis rouge qui menait aux appartements du roi. Elle entendait à présent des rires derrière la porte. Elle devina, avec raison, qu’on n’avait pas informé Fred de l’attaque de l’Ickabog aux abords de Chouxville, car elle était certaine qu’il ne rirait pas s’il savait. Quoi qu’il en soit, il y avait manifestement quelqu’un d’autre avec le roi, et elle désirait le voir seule à seul. Tandis qu’elle restait plantée là à se demander quoi faire, la porte en face d’elle s’ouvrit.

Mrs Beamish sursauta et plongea derrière un long rideau de velours, qu’elle tenta d’empêcher d’onduler. Crachinay et Flapoon riaient et badinaient avec le roi en lui souhaitant bonne nuit.

– Elle est bien bonne, celle-là, Votre Majesté, j’en ai craqué mon pantalon ! s’esclaffait Flapoon.

– Il faudrait vous rebaptiser le roi Fred le Facétieux, Sire ! pouffait Crachinay.

Mrs Beamish retint sa respiration et s’efforça de rentrer le ventre. Elle entendit la porte des appartements du roi se refermer. Les deux lords cessèrent immédiatement de glousser.

– Crétin des alpages, marmotta Flapoon.

– J’ai connu des faisselles de Kurdsburg plus finaudes, marmonna Crachinay.

– Tu ne pourrais pas prendre le relais pour le divertir demain ? grommela Flapoon.

– J’aurai à faire avec les percepteurs jusqu’à quinze heures, dit Crachinay. Mais si…

Les deux lords s’interrompirent. Le son de leurs pas aussi. Mrs Beamish continuait à retenir son souffle, les yeux fermés, priant pour qu’ils n’aient pas remarqué la bosse sous le rideau.

– Eh bien, bonne nuit, Crachinay, dit la voix de Flapoon.

– Oui, dors bien, Flapoon, répondit Crachinay.

Très délicatement, le cœur battant à tout rompre, Mrs Beamish laissa s’échapper l’air de sa poitrine. Tout allait bien. Les deux lords allaient se coucher… et pourtant, aucun bruit de pas ne parvenait à ses oreilles…

Et, tout à coup, si brusquement qu’elle n’eut pas le temps de remplir ses poumons à nouveau, le rideau fut tiré d’un coup sec. Trop tard pour hurler ; la grosse main de Flapoon s’était abattue sur sa bouche, et Crachinay s’était emparé de ses poignets. Les deux lords traînèrent Mrs Beamish hors de sa cachette et jusqu’à l’escalier le plus proche ; elle eut beau se débattre et tenter de crier, aucun son ne réussit à traverser les doigts épais de Flapoon, et elle se contorsionna en vain pour se libérer. Enfin, ils la tractèrent dans le petit salon bleu, celui-là même où elle avait autrefois embrassé la main de son mari défunt.

– Pas un cri, la menaça Crachinay en tirant une petite dague qu’il avait pris l’habitude d’avoir toujours sur lui, même à l’intérieur du palais. Sinon, le roi aura besoin d’une nouvelle chef pâtissière.

Il signifia à Flapoon de retirer sa main de la bouche de Mrs Beamish. La première chose qu’elle fit fut de respirer profondément, car elle se sentait à deux doigts de s’évanouir.

– Vous faisiez sacrément gonfler ce rideau, marmitonne, ricana Crachinay. Qu’est-ce que vous fabriquiez, exactement, à rôder là si près du roi, après la fermeture des cuisines ?

Mrs Beamish aurait pu, bien entendu, inventer un mensonge idiot. Elle aurait pu prétendre qu’elle souhaitait demander à Fred quel type de gâteau il voudrait qu’elle réalisât le lendemain, mais elle savait que les deux lords ne la croiraient pas. Alors, à la place, elle leva le poing où se nichait la patte de l’Ickabog, et écarta les doigts.

– Je sais, dit-elle d’une voix sourde, ce que vous manigancez.

Les deux lords s’approchèrent et contemplèrent, dans sa paume, la petite réplique parfaite des énormes pattes que les Marcheurs de Nuit utilisaient. Crachinay et Flapoon se regardèrent l’un l’autre, puis regardèrent Mrs Beamish, et tout ce que la chef pâtissière put se dire en observant leur expression, ce fut : « Fuis, Bert – fuis ! »

Chapitres

Lire tous les chapitres publiés à ce jour

Voir plus